burn-out médecin

Burn-out: Comment transmettre son ressenti à son médecin ?

Je ne suis pas malade. Je ne vais quand même pas prendre rendez-vous avec mon médecin pour lui raconter ma vie qui prend de l’aile au boulot.

Et quand on me demande comment je vais, j’ai pris l’habitude de répondre du tac au tac que je vais bien avec un beau sourire scotché sur mes lèvres. Je ne sais pas s’il paraît authentique, mais l’illusion fonctionne.

Du coup, tout le monde pense que je vais bien. Même mon médecin.

Pourtant, je viens le voir de plus en plus souvent. Moi qui n’étais jamais malade, je commence à enchaîner les visites pour quelques vertiges, un gros essoufflement, et bim, une hypertension qui s’invite. Mais ça ne s’arrête pas là. D’autres symptômes viendront me gâcher la vie. Je tombe de plus en plus malade.

J’ai compris bien plus tard que je me dirigeais tout droit vers un burn-out. J’enchaînais un métier qui n’avait plus de sens, mon travail avec le blog et mon boulot de maman de deux jeunes enfants avec un papa très pris par son job.

Résultat, j’ai fini par me retrouver en soins intensifs pour un AVC qui n’en était heureusement pas un.

J’aurais aimé à l’époque qu’on me dise quoi dire à mon médecin, comment lui parler, comment aborder le problème.

J’ai déjà abordé le burn-out dans d’autres articles, mais une lectrice m’a demandé récemment « Comment faire comprendre au médecin que ça ne va vraiment pas bien ? ».

C’est une question tellement évidente, que je me devais d’en faire un article complet.

Découvre donc ici des conseils pratiques pour savoir quoi dire au médecin en cas de burn-out, lui décrire tes symptômes, partager tes craintes et collaborer efficacement avec lui.

🍵 7 minutes

Pas le temps de lire maintenant ? 📌 Épingle cet article pour le consulter plus tard 🤗 !

burn-out médecin

Décrire les symptômes avec précision

La fatigue due à l’épuisement professionnel, les déceptions au travail, le poids de la non-reconnaissance et la pression qui pèse sur tes épaules ne sont pas des éléments normaux à accepter.

Il est tentant de penser que ce n’est qu’une mauvaise période, un passage à vide, et que quelques vitamines suffiront à tout régler.

Peut-être même que tu éprouves de la honte. Les inquiétudes fusent: « Et si le médecin me met en arrêt pour un burn-out ? Que penseront mes collègues, l’entreprise, ma famille ? »

Pourtant, ta santé subit l’impact de ton travail, même si cela peut être difficile à admettre.

Le médecin est le premier interlocuteur à qui tu peux confier tes préoccupations.

Pourquoi ?

Parce qu’il te voit au-delà des liens émotionnels ou professionnels. Sa priorité absolue est ton bien-être, tant physique que mental.

Et, permets-moi de te rassurer, tu n’as pas besoin d’entrer dans son cabinet en annonçant haut et fort que tu es en burn-out et que tu réclames un arrêt maladie. Ce n’est absolument pas la première étape.

Découvre aussi:  Quel métier faire quand on n’a pas confiance en soi ?

Ce que tu peux faire, c’est avancer main dans la main avec ton médecin. C’est discuter ouvertement de ton travail, être honnête sur ce que tu traverses.

Tu peux lui expliquer ton ressenti: les inconforts physiques ou mentaux qui te tourmentent. Précise à quel moment ils surviennent, depuis quand tu les ressens, et si leur intensité a pris une tournure plus inquiétante récemment.

J’oublie souvent de mentionner certains détails importants dans le cabinet du médecin (le temps semble y filer à toute vitesse). C’est pourquoi je te recommande vivement de noter tout, absolument tout. Localisation, intensité, durée, fluctuations… chaque détail compte. Garde ces informations dans un petit carnet, pour que rien ne passe à la trappe pendant ta consultation.

Plus ta description est précise, plus le diagnostic sera précis.

Omettre des symptômes, minimiser l’intensité ou ne pas mentionner leur récente aggravation pourrait faire passer à côté de la véritable nature de ton problème.

Montrer l’impact sur la vie quotidienne

Si tu ressens que ton médecin est réceptif, si tu sens qu’il est prêt à t’accorder un peu de son temps, n’hésite pas à approfondir la description de tes symptômes.

Prends ce moment pour entrer dans les détails, pour lui expliquer comment cette situation a un impact sur ton quotidien, à la fois dans ta sphère professionnelle et personnelle.

Il se peut que te concentrer sur tes tâches soit devenu une lutte.

Les interactions avec ton supérieur te rabaissent, sapant ainsi ta confiance en toi-même ?

Peut-être as-tu du mal à t’endormir la nuit, les préoccupations prenant le dessus sur le repos dont ton corps a désespérément besoin.

Prends le temps de partager des exemples concrets avec ton médecin.

Raconte-lui ces moments où la concentration te fuit, où ta confiance se fissure, où le sommeil refuse de venir à toi.

Chacun de ces détails permettra à ton médecin de réellement saisir l’étendue de ton problème. Plus il comprend, plus il sera en mesure de te guider vers le rétablissement.

Partager ses craintes et préoccupations

Des inquiétudes peuvent te traverser, des questions peuvent te traverser l’esprit.

« Est-ce que cela pourrait évoluer vers une dépression ? »

« La peur de perdre mon emploi me hante. »

« Les traitements du burn-out, qu’impliquent-ils réellement ? Des médicaments risquant de m’emprisonner dans une dépendance ? »

« Cette fatigue constante me pèse. Comment retrouver un sommeil réparateur ? »

« Existe-t-il des ressources pour m’aider à traverser cette période difficile ? Comme des thérapies ? »

Ces interrogations, elles sont valables, elles méritent d’être posées. Et au-delà des réponses qu’il pourra t’apporter, partager tes appréhensions et questionnements a également une autre utilité. Cela permet d’alerter ton médecin sur des signaux importants.

C’est pourquoi il est essentiel que tu aies confiance en ton médecin, que tu oses lui confier tout ce qui te tracasse. Car c’est par cette confiance, cette ouverture, que tu te donneras les meilleures chances de récupération et de rétablissement.

N’aie aucune réticence à parler de tes peurs et de tes doutes. Ces préoccupations ne sont pas à minimiser, elles sont des pièces essentielles du puzzle de ta santé mentale et physique. Ton médecin est là pour écouter, comprendre et te guider à travers chaque inconnu et chaque appréhension. Parle, libère-toi en échangeant avec ton médecin.

Aller au-delà de l’arrêt maladie

Tu imagines peut-être qu’un burn-out se guérit simplement par un arrêt maladie prolongé. C’est plus ou moins ce que je percevais en observant de ma fenêtre.

Découvre aussi:  13 objets anti-stress pour une journée plus détendue au bureau

Pourtant, bien que l’arrêt maladie soit souvent une nécessité, il ne peut être considéré comme la seule réponse. Un burn-out ne se soigne pas en s’éloignant du travail pendant trois mois. Car si tu retournes ensuite à tes fonctions, le cycle risque de recommencer.

Chaque situation est unique, et les solutions durables peuvent prendre différentes formes. D’ailleurs, j’en partage quelques-unes sur le blog, des moyens concrets pour se libérer du stress chronique, par exemple.

En cas de burn-out, ton médecin peut te suggérer des thérapeutes dont l’expertise est reconnue, et qui pourraient t’apporter une aide précieuse.

Ton médecin ne sera sûrement pas seul dans cette démarche de rétablissement. Il deviendra en quelque sorte le chef d’orchestre d’une approche globale.

Ce qui est essentiel, c’est que tu t’impliques activement dans ce processus. Exprime ce que tu entreprends de ton côté, car ton médecin doit en tenir compte. Si tu prends des compléments alimentaires, par exemple, il pourra te donner des conseils avisés sur les éventuelles interactions avec d’autres traitements.

En résumé, toi et ton médecin, vous formez une équipe de travail. Ensemble, vous vous lancerez dans l’identification des racines profondes de ton burn-out. Les solutions ne se limitent pas à l’arrêt temporaire, mais s’étendent vers une approche holistique, visant à restaurer ton bien-être de manière durable.

Communiquer pour une prise en charge globale

Toutes ces facettes que j’ai évoquées ne peuvent trouver leur résolution en une seule consultation, tu t’en rends certainement compte.

Le burn-out n’est pas à prendre à la légère, et c’est un dialogue à long terme que tu vas instaurer avec ton médecin.

Pour que cette démarche soit efficace, le dialogue ne doit pas se refermer. Cela exige une ouverture continue, et pour y parvenir, la confiance est la clé.

D’un côté, tu dois sentir que tu as la liberté totale de te confier à ton médecin. De l’autre, il doit avoir confiance en toi, en ta capacité à suivre ses recommandations et à partager tes réserves.

Evite toute dissimulation ou tout mensonge envers ton médecin. De telles actions saperaient la confiance qu’il a en toi, fragilisant ainsi la relation fondamentale de ce partenariat.

Pour une prise en charge globale et réellement efficace, il te faudra probablement communiquer davantage que tu ne l’as fait jusqu’à présent. Cela peut te sembler intimidant, mais c’est indispensable pour ton bien-être physique et mental.

Visualise ton médecin comme ton partenaire de confiance pour ton rétablissement. Ensemble, vous œuvrez à surmonter les obstacles du burn-out, en construisant un pont solide entre tes préoccupations et ses connaissances médicales. Chaque mot échangé, chaque sentiment partagé, chaque décision prise en commun est un pas vers une guérison authentique et durable.

Conclusion et solutions pour commencer

En conclusion, pour instaurer une communication véritablement efficace avec ton médecin à propos du burn-out, tu dois lui exposer avec une précision minutieuse tous tes symptômes. Cela englobe l’indication précise de leur apparition, leur intensité et toute augmentation récente.

Découvre aussi:  Burn-out: 3 pistes à explorer avant de quitter ton emploi

De plus, dépeint comment ces symptômes affectent ta vie quotidienne, tant sur le plan professionnel que personnel. Mets en lumière les répercussions sur ta concentration, ton sommeil et ta confiance en toi, par exemple.

Ensuite, partage tes doutes et tes craintes dans cette discussion. Ton médecin est présent pour les écouter, les comprendre et les aborder avec la profondeur de son savoir médical.

Rappelle-toi que le burn-out ne se résout pas simplement par un arrêt de travail. Sa prise en charge exige une authentique collaboration avec ton médecin. Cela signifie que la communication doit demeurer fluide et que la confiance doit régner.

Si tu penses être victime d’un burn-out, je t’encourage vivement à prendre rendez-vous dès à présent avec ton médecin pour évoquer tes préoccupations.

Dans le but de te soutenir dans cette démarche, je te partage des solutions que j’ai personnellement expérimentées:

Garde à l’esprit que ces solutions sont des compléments, et leur utilisation doit être discutée avec ton médecin, notamment en ce qui concerne les compléments alimentaires pour le sommeil et l’EFT.

Je te souhaite un bon rétablissement vers vie professionnelle plus sereine.

Tu as adoré cet article ? 🌞 N’hésite pas à l’épingler sur Pinterest pour le garder précieusement et le relire plus tard🌿

Prendre rendez-vous avec un spécialiste du burn-out sur Doctolib

Sauf indication contraire sur la photo, celles-ci ont été obtenues à partir du site Pixabay, Pexels ou Pixnio

fleur harmonie équilibre

Publié le

dans

par

Étiquettes :

mandala harmonie plénitude

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Shares
Share This